La place du FBP dans les recettes des structures de santé : analyse en RCA

23 Nov

Une analyse de la place du financement basé sur la performance dans les recettes et dépenses des structures de santé en République Centrafricaine a été réalisée par Adrien Renaud. Je partage ici sa synthèse.

En RCA, l’appui de l’Union Européenne dans le secteur de la santé est localisé sur deux régions (10 districts sanitaires) et comprend un volet de Financement Basé sur la Performance. (Cliquer ici pour plus d’information sur cette intervention). Les structures sanitaires de ces deux régions bénéficient donc dans la zone d’intervention d’un financement additionnel lié à leur performance. Dans ce cadre, il est intéressant d’étudier les questions suivantes:

  • Que représente cette subvention par rapport aux autres ressources des formations sanitaires ?
  • Quelle utilisation est faite des ressources ?

Pour répondre à ces questions, une anayse des journaux de caisse et de banque d’un échantillon de centres de santé (n=7) et d’hôpitaux de districts (n=4) appuyés par le projet de l’Union Européenne a été réalisée.

1. Que représente le FBP par rapport aux autres ressources des formations sanitaires ?
Les deux diagrammes ci-dessous montrent la répartition des recettes dans les structures de l’échantillon. Notons que seules les ressources financières ont été prises en compte, et que ces données ne tiennent pas compte des ressources en nature (vaccins, etc.) ou des salaires des fonctionnaires payés par l’État.

Illustration 1: Répartition des sources de financement dans l’échantillon de centres de santé (n=7)

Illustration 1: Répartition des sources de financement dans l'échantillon de centres de santé (n=7)

Illustration 2: Répartition des sources de financement dans l’échantillon d’hôpitaux de district (n=4)

L’analyse des recettes montre que les subsides du FBP constituent la source de revenu principale des formations sanitaires de l’échantillon.

Les médicaments constituent également une source importante de revenu, et d’autres analyses ont permis de déterminer que les marges bénéficiaires pratiquées par les formations sanitaires sont très importantes (de l’ordre de 100% sur la vente de MEG). Ceci  pose un double problème :

  • Un problème d’accessibilité financière : in fine, ce sont les patients qui paient ces médicaments ;
  • Un problème d’incitations : le responsable de la formation sanitaire a intérêt à prescrire davantage de médicaments aux patients.

2. A quoi sont allouées les dépenses des formations sanitaires

Les deux diagrammes suivants montrent la répartition des dépenses dans les formations sanitaires de l’échantillon.

Illustration 3: Répartition des dépenses dans les centres de santé de l’échantillon (n=7)

Illustration 4: Répartition des dépenses dans les hôpitaux de district de l’échantillon (n=4)

Notons d’abord que ces dépenses sont financées par l’ensemble des ressources des formations sanitaires, selon le principe de l’unicité des caisses.

Il est intéressant de constater que les salaires des contractuels et les primes représentent entre 30 et 40% des dépenses des FOSA (rappelons que les salaires des fonctionnaires payés par l’État ne sont pas inclus dans ces chiffres). Ces montants sont donc relativement limités, et permettent aux formations sanitaires de faire face aux autres dépenses.

La part des investissements est relativement importante, car il s’agit avant tout de constructions. On note que dans un contexte où la pérennité des ressources du FBP à un an n’est pas assurée, la constitution de réserves est très peu importante.

Conclusion

De ces données très succinctement présentées, on peut tirer deux conclusions principales :

  • Le subsides du FBP constitue une source de revenus essentielle pour les formations sanitaires, et leur pérennité n’étant pas assurée dans la zone du projet en RCA, il est primordial que les différents acteurs (gouvernement, partenaires, formations sanitaires) se mobilisent pour préparer l’avenir ;
  • Les salaires et les primes ne constituent pas, contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays où le FBP est implanté, une dépense hégémonique par rapport aux autres dépenses : cela peut s’expliquer par des salaires de la fonction publique relativement plus importants que dans certains pays voisins, et permet de dégager des ressources pour financer d’autres priorités.

One Response to “La place du FBP dans les recettes des structures de santé : analyse en RCA”

  1. MENIR ASSUIED Valérie 29/11/2012 at 17:42 #

    Merci pour cet article rare et très interessant sur la place du financement basé sur la performance dans les recettes et dépenses des structures de santé en République Centrafricaine. Bien à vous.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s